Historique

L'idée de créer l'APEB est née le 20 mars 2003, à l'issue d'une table ronde organisée chez Lovells par Dominique Ménard, sur le thème de "La preuve dans les litiges brevet multi-juridictionnels".

C'est Jean-Yves Plaçais, qui, un verre de Champagne à la main, eut ce propos mémorable "Il est bien dommage qu'il n'existe pas d'association dans le domaine des brevets, réunissant comme le fait l'APRAM, les trois collèges des praticiens CPI, Industriels et Avocats spécialisés…"

Devant l'évidente acuité du propos, Dominique Ménard, lui répondit,  "C'est une brillante idée et cette association brevet, et bien, nous allons la faire ensemble !! "

La mise en œuvre du projet ne fut cependant pas immédiate dans la mesure où il fallut, imaginer, convaincre, construire et surtout financer ce qui allait devenir l'APEB.

Les statuts furent déposés en 2005 par neufs praticiens fondateurs de l'association, qui voulurent bien se lancer dans l'aventure, à savoir :

Pour le collège de l'industrie, Alain de Péna, alors Directeur PI d'IBM France, décédé en 2014, Elie Srour, alors ancien Directeur PI de Renault et Christian Nguyen, alors ancien Directeur PI de Thales.

Pour le Collège des CPI, Thérèse Lepeudry, alors associée du Cabinet Armengaud Jeune, Michel Moncheny, alors associé du Cabinet Lavoix, et Jean-Yves Plaçais, associé du Cabinet Netter.

Pour le collège des avocats, Denis Monégier du Sorbier, alors associé du Cabinet Freshfields, Pierre Lenoir, associé du Cabinet Allen & Overy et Dominique Ménard, alors associé du Cabinet Lovells, devenu en 2010, Hogan Lovells.

Sans eux rien n'eut pu se faire.

Ce sont eux en effet qui de leurs poches, et à fonds perdus, ont seuls contribué au financement du site Web de l'APEB, à hauteur de 19.000 Euros !

Il fut en effet convenu de ne lancer cette nouvelle association qu'à la condition de pouvoir disposer d'un outil moderne de communication, autrement dit d'un site web, qui soit à la fois esthétique, performant, attractif et très largement interactif.

Après quelques errances, c'est l'Agence Ivoire, dirigée par Onel Trouillot, qui est devenue le partenaire historique et privilégié de l'APEB et qui l'est toujours.

Avec son concours, et celui de son associé Dario Daoud, l'architecture du site a été imaginée, les images sélectionnées, le graphisme et les codes couleurs déterminés et le site peu à peu a été construit, .

Les marques "APEB" et "IP Few", ont été déposées, l'une à titre de marque française, l'autre à titre de marque communautaire.

Les noms de domaine apeb.eu et apeb.info, ont été enregistrés.

Le 7 janvier 2007 eut lieu avenue Kléber un très sympathique cocktail de lancement de l'APEB. Nous étions alors 9 adhérents inscrits, autrement dit les 9 fondateurs et un peu plus de 150 invités…

Quatre Présidents du Conseil d'Administration se sont depuis lors succédés, à savoir Dominique Ménard, Christian Nguyen, Jean-Robert Callon de Lamarck et Thierry Sueur.

L'APEB regroupe désormais environ 250 praticiens adhérents français et étrangers, ce qui est significatif dans notre spécialité de niche et très encourageant après seulement 7 ans d'existence.

De très nombreux travaux ont été conduits par nos Commissions et nombres d'évènements publics ont été organisés, permettant à l'APEB de donner la parole à des praticiens Européens reconnus, comme à nos magistrats Européens spécialisés, ou encore aux représentants des grandes institutions (INPI, OEB, INSERM etc..).

L'APEB a été à de très nombreuses reprises consultée et auditionnée par les Autorités Gouvernementales et par le Parlement sur des sujets techniques, la dernière audition ayant eut lieu au Sénat en juin 2014, sur le thème de la protection du secret des affaires.

Le partenariat conclu avec OpiNews en 2010, a permis de diffuser en direct un certain nombre de nos séminaires et de nos réunions de travail, puis de les mettre en ligne. Ainsi le Séminaire organisé en 2013 sur la JUB ou encore le Mock Trial organisé en 2014 devant la Division Centrale à Paris, sont accessibles sur notre site.

Le site www.apeb.eu  a été régulièrement mis à jours, une plateforme de paiement bancaire en ligne a été mise en place avec le concours de BNP Paribas, un blogue a vu le jour, de nouvelles rubriques ont été créées comme, Recherche et Offres d'emplois, Portraits devenue par la suite Têtes d'Affiche, ou encore la Revue de Presse. Les pages du site ont en outre été plus largement ouvertes aux non adhérents.

Puis, tout dernièrement en septembre 2014,  une nouvelle plateforme informatique est venue remplacer le site construit en 2007, celui-ci ayant atteint ses limites.

Ce nouveau site fonctionne selon la célèbre réplique du Chevalier Lagardère,  personnage de roman souvent adapté au cinéma "Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi."

L'APEB envoi désormais automatiquement à ses adhérents des messages d'alerte, sous forme de courriels, dès qu'une nouvelle information est mise en ligne, ce qui change totalement le mode de communication, puisqu'il appartenait dans le système ancien aux adhérents de se connecter au site pour avoir accès aux informations.

Or bien que le nombre de consultations ait été significatif, il s'est avéré que nombre d'adhérents ne se connectaient pas ou peu, voir même jamais, à notre site, ce que le sondage réalisé en son temps via "Survey Monkey" est venu mettre en lumière.

Si l'APEB est en France reconnue comme une association à la fois sérieuse et crédible dans son domaine de spécialité, le nombre de ses adhérents est encore insuffisant pour qu'elle puisse être considérée comme une association à dimension véritablement Européenne.

C'est pourtant bien l'ambition de l'APEB qui entend, depuis sa constitution, devenir à moyen terme une association reconnue comme telle.

Il ne fait aucun doute que son nouveau site, doublé de l'usage constant et partagé du français et de l'anglais, vont lui permettre d'élargir considérablement son rayonnement auprès des praticiens Européens non francophones.

C'est en tous cas la tâche principale des membres du Conseil d'Administration et de son Bureau comme de ceux qui vont se succéder au cours des années à venir…

Rendez-vous dans dix ans !